Flash Infos
Matinée présentation de l'essai tracteur et après-midi « zéro herbicide » 
Rencontre viticole : premier retour en images Version imprimable
23 octobre 2020

La rencontre viticole s'est déroulée hier chez la maison Frapin. Premiers retours en images de la journée organisée par la Chambre d'agriculture de Charente et Le Paysan Vigneron, avec le concours des Chambres d'agriculture Nouvelle-Aquitaine et de Charente-Maritime : présentation des essais tracteurs le matin, « zéro herbicide » l'après-midi.

 

 

rencontre viti 1.jpg
La rencontre viticole au petit matin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rencontre viti tonnelle.jpg
Des petits groupes de discussion se sont spontanément créés pour échanger tout au long de la journée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rencontre viti tracteurs.jpg
Les tracteurs et les résultats des essais de la Chambre d'Agriculture régionale et du Paysan Vigneron ont suscité la curiosité des visiteurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rencontre outil.jpg
Les outils de travail du sol deviennent essentiels dans la vie des domaines

 

 

rencontre viti photos.jpg
Quatre viticulteurs ont expliqué leur itinéraires techniques sans herbicide (en compagnie de la Chambre d'agriculture 16).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rencontre outil bis.jpg
Les outils interceps se complexifient et se spécialisent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Essais tracteurs et zéro herbicide 
Rencontre viticole à Juillac-le-Coq jeudi 22 octobre 2020 Version imprimable
12 octobre 2020
Les Chambres d'agriculture de Charente et de Charente-Maritime, et la revue Le Paysan Vigneron, bien aidés par la MSA des Charentes et les JA17, restituent le jeudi 22 octobre prochain les essais tracteurs effectués au printemps dernier dans les vignobles de la maison Frapin.
 
PROGRAMME :
9h30-12h : Résultats du test tracteurs 2020.
Présentation des résultats de 11 tracteurs au banc d'essai.
 
13h30-17h : Zéro herbicide, c'est possible !
Présentation de 4 itinéraires d'entretien du cavaillon.
 
RENDEZ-VOUS :
22 octobre 2020
Domaines Frapin
Les Gabloteaux
16130 Juillac-le-Coq

 

  rencontre viticole.jpg

 

 

 

 

 
Édito du Paysan Vigneron 1231 
Un millésime 2020 fait de Patience, de Réactivité et d'Abondance Version imprimable
09 octobre 2020

Dans une majorité des propriétés de la région délimitée, les cuves sont pleines et débordent ! Le manque de logement est souvent le problème de l'année et l'abondance du millésime a surpris la plupart des viticulteurs qui avaient vu leurs vignes être malmenées par plus de deux mois de sécheresse. 2 020 est une année ou le cépage Ugni blanc a une nouvelle fois fait preuve d'une grande générosité. Les effets de nature du sol et du sous-sol, d'entretien agronomique dans la durée et de conduite des vignes ont eu une incidence nette sur la productivité des parcelles. Les charges de raisins maigres, moyennes, belles et exceptionnelles qui se côtoyaient un peu partout, se sont bonifiées sur les souches durant toute la deuxième quinzaine de septembre. Les ceps les plus « choyés » ont fait preuve d'une capacité rare à surmonter l'impact de la sécheresse. 2 020 est un millésime façonné par les hommes grâce leur juste vision de leur environnement, leur patience et leur réactivité. Tous les efforts de constance, et d'anticipation des problématiques au vignoble et lors des vinifications ont été récompensés malgré une nature pas réellement coopérante. Les savoir-faire et les compétences « des hommes de l'art » ont fait la différence.


Les premiers échos de la récolte à partir du 5 au 7 septembre s'étaient pourtant révélés décevants et très hétérogènes. Finalement, les vendanges ont tardé à se mettre en route et la sagesse Charentaise s'est avérée payante. Un bon nombre de prescripteurs référents de région considéraient pourtant qu'au 10 septembre, les raisins étaient arrivés à leur optimum de maturité. Décaler la récolte d'une à deux semaines n'apporterait rien et leurs préconisations étaient donc de déclencher les vendanges sans tarder pour préserver la recherche d'un bon équilibre qualitatif. Ce top départ des vendanges a n'a pas eu l’écho attendu. En effet, le bon sens des viticulteurs fondé sur la juste connaissance des potentialités des terroirs et la juste appréciation de leur organisation des vendanges et des vinifications leur a permis de piloter les vendanges en faisant preuve à la fois de sagesse et de professionnalisme. Beaucoup de propriétés ont patienté pour attendre la maturité et aussi laisser passer l'épisode de chaleur. Le cœur de la récolte a réellement démarré à partir du 18 au 20 septembre après le cycle de journées chaudes et aussitôt l'arrivée des premières pluies. À la surprise générale, les grappes se sont vite réhydratées sans provoquer de phénomènes d'éclatement de baies. Les raisins se sont bien tenus et ont grossi durant tout le mois de septembre. Les précipitations de 30 à 40 mm en moyenne ont eu un effet bénéfique sur les rendements volumiques sans entraîner une véritable chute des TAV potentiels.

vignes larges.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les prévisions régionales de récolte de 105 à 110 hl/ha qui ont servi à établir le niveau du rendement Cognac de 12,80 hl d'AP/ha seront allégrement dépassées. Tous les observateurs avisés du vignoble pensent que le niveau de productivité moyen se situera en 12 et 13 hl d'AP/ha grâce à des rendements volumiques très généreux. Les niveaux moyens de TAV des vins semblent corrects mais inférieurs à ceux du millésime précédents. Un certain nombre de propriétés dont l'itinéraire global de production est parfaitement maîtrisé vont produire 14 à 16 hl d'AP /ha. ha sur des surfaces importantes. À l’inverse, les vignes touchées par le mildiou, fragiles sur le plan des équilibres agronomiques et vieillissantes ont encore décroché. Malgré des différences de productivité importantes, il ne serait pas impossible que le vignoble produise en 2020 un volume d'eaux-de-vie équivalent à celui de 2018 (proche de 980 000 hl d'AP).


Alors que faut-il penser des chiffres de prévisions de récolte autour de 105 à 110 hl/ha qui ont servi à établir le rendement Cognac de 12,80 hl d'AP/ha. Cela interpelle et suscite des interrogations techniques et économiques. La représentativité de ce réseau d'observation est-elle en phase avec le vignoble de Cognac actuel rénové, rajeuni et de mieux en mieux entretenu ? La montée en puissance régulière de la productivité depuis une décennie est-elle appréhendée de façon juste ? L'apport des pluies de la fin septembre n'explique pas tout ! Était-il opportun cette année de fixer le niveau du rendement Cognac à la mi-août alors que la phase de maturation s’annonçait complexe ? Beaucoup d'observateurs et d'acteurs de terrain pensaient à juste titre à cette époque que dans le contexte de l'été 2020 brûlant, la nature pouvait encore modifier la donne ! Cela s'est produit ! Le fait que le niveau du rendement Cognac soit établi et diffusé avant les vendanges satisfait les attentes des viticulteurs et de l'ensemble de la filière mais au final, c'est toujours la nature qui fait et défait les volumes.


La méthode de fixation du rendement Cognac en deux temps choisie par les responsables viticoles de l'UGVC semble avoir une nouvelle fois révélée des limites. L'intégration du facteur nature dans les prévisions de production semble difficile et confère au métier une marge d'incertitudes avec laquelle, la région de Cognac doit composer. Les besoins de production d'eaux-de-vie de 860 000 hl d'AP établis par le business plan vont donc largement être dépassés. Il se pourrait que l'on produise en 2020 un volume d'eaux-de-vie équivalent ou supérieur à celui de l'année record de 2018. Des mises en stocks de 980 000 hl d'AP semblent réalistes. Seront-elles atteintes ou dépassées ? La synthèse des déclarations de récolte à la fin du mois de décembre viendra conforter le scénario de générosité du millésime 2020.

 
Des augmentations en Petite Champagne et Borderies 
Révision annuelle du montant des fermages en Charente Version imprimable
09 octobre 2020

Les loyers d’habitation, des bâtiments d’exploitation et des terres nues ainsi que leur minima et maxima sont encadrés par deux arrêtés préfectoraux actualisés chaque année après consultation de la Commission consultative paritaire départementale des baux ruraux (CCPDBR).

Ces arrêtés servent de guide pour l’établissement des fermages entre bailleurs et preneurs, tant pour les nouveaux baux que l’actualisation des baux en cours au moment de leur renouvellement.

 

La valeur locative des terres nues en polyculture élevage, des bâtiments d’exploitation et d’habitation :

Pour les terres nues et bâtiments d’exploitation, l’arrêté du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation du 16 juillet 2020 a fixé l’indice national des fermages à 105,33 soit une augmentation de 0,55 % par rapport à 2019. Les loyers sont par conséquent actualisés en multipliant le montant de l’année antérieure par un coefficient de 1,0055.


Les bâtiments d’habitation agricole :

La valeur locative a suivi l’évolution de l’indice de référence des loyers (IRL) publié par l’INSEE, soit une augmentation de 0,95 %. Les loyers sont par conséquent actualisés en multipliant le montant de l’année antérieure par un coefficient de 1,0095.

logo pref charente.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Concernant le prix des vins pour le calcul des fermages à l’échéance annuelle du 29 septembre 2019. Les prix des vins pour le calcul des fermages à l’échéance du 29 septembre 2019 ont été fixés, conformément à l’avis de la CCPDBR, aux valeurs suivantes en euros par hectolitre d’alcool pur :


Grande Champagne

921 € / 928 € hlAP le 11-10-2019

Petite Champagne

866 € / 845 € hlAP le 11-10-2019

Borderies

1 002 € / 923 € hlAP le 11-10-2019

Fins Bois

810 € / 826 € hlAP le 11-10-2019

Bons Bois

756 € / 778 € hlAP le 11-10-2019

Le montant du fermage est le résultat de la multiplication de ce prix par le nombre d’hectolitre d’alcool pur par hectare mentionné dans le bail et par la surface de vigne louée.

 

 
L'élection de l'ODG Cognac  
LE PAYSAN N°1231 Version imprimable
08 octobre 2020

Le numéro 1231 Le Paysan Vigneron sort demain. Voici, en avant-première, la UNE de ce numéro.

 

UNE : L'élection de l'ODG Cognac

Dossier du mois : La lutte contre la grêle - La volonté d'un maillage plus dense dans les Charentes.

 

Autres titres :

Famille Frapin : Un héritage de 750 ans.

Marquants en circuit-court : Des productions en châtaignier et pin maritime.

Pineau des Charentes : Des remaniements internes et indications géographiques insulaires.

une crea_09_septembre_20.jpg

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 15 sur 638
Précédente
19.jpg51.jpg53.jpg08.jpg25.jpg34.jpg28.jpg15.jpg52.jpg05.jpg55.jpg32.jpg03.jpg46.jpg23.jpg47.jpg31.jpg27.jpg38.jpg57.jpg18.jpg17.jpg06.jpg12.jpg50.jpg60.jpg49.jpg21.jpg40.jpg45.jpg58.jpg41.jpg13.jpg35.jpg44.jpg16.jpg07.jpg61.jpg20.jpg09.jpg42.jpg48.jpg56.jpg11.jpg02.jpg29.jpg10.jpg04.jpg59.jpg43.jpg14.jpg37.jpg30.jpg39.jpg26.jpg24.jpg33.jpg36.jpg01.jpg22.jpg54.jpg
trialfr2_168x267_avril_2020-168x267_px.gif
Facebook
Archives

Tapez un ou plusieurs mots-clés


Flash Infos
Toutes les infos
Dernier numéro
N°1231 - Septembre 2020
Commander

www.cognacsummit.com